Nogent. Le Perche à vélo bientôt en selle

Les élus communautaires travaillent sur ce projet touristique.

Dernière mise à jour : 02/12/2012 à 12:00

L178299_HD0802254.JPG

Paris a ses vélib’. La Loire a ses vélos. Le Perche y travaille. «Le Pays Perche est en cours de réflexion pour la mise en place d’un programme “Perche à vélo”. Comme il ne peut pas porter de projet, la communauté de communes du Perche (CdC) s’en occupe dans le cadre d’un groupement de commandes pour les plans de jalonnements et la mise en place de la signalétique des boucles cyclotouristiques» explique Marc Lhuillery, président de la CdC.
Véritable attente
«Il y a une véritable attente autour de ce projet» lance Philippe Ruhlmann, maire de Margon. Les touristes raffolent, «de ces journées suggérées et organisées en un seul clic. Nous vendons tous clés en main : la location de vélo, les restaurants, les gîtes pour passer la nuit…».
Le modèle de La Loire est dans toutes les têtes : «eux ont dix loueurs de vélos, de nombreux gîtes. Et travaillent énormément au niveau de la communication via internet et les offices de tourisme». La Voie Verte, «propose également ce type de service. Nous avons donc tout intérêt à faire quelque chose. Je peux vous dire que de nombreux habitants du Benelux seraient partants pour venir dans le Perche entre mai et juin…» ajoute Philippe Ruhlmann.
Atout économique ¬
et touristique
«C’est une opération économique et touristique. Nous pourrions vendre des prestations, des produits locaux…» insiste Marc Lhuillery.
Tout en précisant, «nous sommes au stade de la faisabilité. D’ailleurs, nous ne pouvons pas actuellement y travailler tant que chaque mairie autorise la CdC à prendre la compétence “création, aménagement, entretien, gestion et promotion des circuits touristiques”».
En attendant cette nouvelle compétence, «nous allons travailler rapidement sur la création d’un tracé d’une boucle de vingt à trente kilomètres. Avec toujours en tête un esprit de famille» note Philippe Ruhlmann. Annonçant, «la possibilité d’installer sur le parcours des commodités ou des bancs pour permettre aux touristes de s’asseoir et de contempler le paysage. Le Conseil régional nous suivra !». Un seul circuit à l’étude, «pour ne pas créer une concurrence entre chaque CdC». D’autres boucles seront toutefois programmées sur les cinq prochaines années.